Notice biographique

Silvère Say est né à Saint Etienne (Loire) le 23 Décembre 1981. Originaire du Nord de la plaine du Forez (Sainte Agathe la Bouteresse, Boën), il dispose ainsi d'un ancrage tourné vers le roannais. Il habite actuellement à Neaux, petit village de 500 habitants près de Saint Symphorien de Lay, à une quinzaine de kilomètres de Roanne.


Il est secrétaire général d'une mairie et d'un syndicat d'assainissement dans le Beaujolais, près de Tarare depuis 2008 (avec le grade d'attaché territorial). Titulaire de la fonction publique territoriale, il ne doit son poste qu'à ses capacités professionnelles.

Son parcours est jalonné d'engagements associatifs et citoyens :

Début de parcours : 1990-1999 :
Dès les années 90, alors qu'il n'a qu'une quinzaine d'années, il crée sa première association, les Amis des Orgues de Boën, afin de préserver l'instrument de l'église de cette commune, alors dans un état de délabrement avancé. Par son dynamisme, il permet à cette association de voir le jour et de proposer au public des concerts qui, encore aujourd'hui, servent à entretenir cet instrument, dont la valeur pourrait être estimée à plusieurs centaines de milliers d'euros.


A la même époque, il participe à différentes formations instrumentales (Lyre montbrisonnaise, harmonie de Boën, Orchestre d'Harmonie de Feurs), en tant que clarinettiste. A Feurs, il interprète notamment des pièces classiques sous la houlette de Georges Moulin, et devient premier clarinettiste au sein de cet ensemble.

En 1998-99, alors en terminale Scientifique au Lycée du Forez, il participe activement aux manifestations
demandant plus de moyens pour les lycées au Ministre Claude Allègre. Avec ses amis des Comités Lycéens en Grève de la Loire. Le mouvement se déroule dans le calme, contrairement à de nombreuses autres régions.

Les années étudiantes : 1999-2004 :
En 1999, après avoir obtenu son baccalauréat, il intègre l'université Jean Monnet de Saint Etienne, où il étudie le droit. Il rejoint alors les rangs de l'UNEF-ID, proche des rocardiens. En parallèle avec ses études, il devient ainsi progressivement, membre du conseil de la faculté de droit, puis membre du conseil d'administration, du conseil de discipline et enfin représentant étudiant au bureau de l'université. Dans le même temps, il dirige l'UNEF Saint Etienne de 2001 à 2004.
Il crée aussi le Bureau des Etudiants de la Faculté de Droit, première association d'animation étudiante dans cette filière.

A son actif, on peut retenir qu'il a contribué à encadrer les manifestations de jeunesse en 2002 après le premier tour de la présidentielle, afin d'éviter des débordements. Il a aussi beaucoup travaillé pour obliger l'université à respecter la réglementation en vigueur relative aux examens dans les filières de sciences humaines (maintien de la session de rattrapage à la période annoncée en début d'année universitaire aux étudiants). Il a aussi mis en place à Saint Etienne, le concours de plaidoirie de droit civil Lysias, ouvert aux premières et deuxièmes années de droit. A son époque, il parvint d'ailleurs à soutenir un candidat stéphanois jusqu'en finale nationale de ce concours. Depuis lors, Saint Etienne se classe régulièrement parmi les meilleurs participants à cet exercice.

Le parcours après l'université : 2004-2012 :
En 2004, il quitte le syndicat, puis l'université, après avoir obtenu une maîtrise en droit public et sciences politiques. Il rejoint les rangs de l'UDF, alors dirigée par François Bayrou, lequel affirme depuis 2002 son indépendance à l'égard de l'UMP.


Pour diverses raisons, notamment professionnelles, Silvère Say emménage dans le roannais en2005. Il rejoint alors les rangs de la section roannaise du mouvement centriste et participe ensuite activement à la campagne présidentielle de 2007. Durant la même période, il participe aussi à la vie de son village, à travers le comité des fêtes et l'ADMR.
En 2008, il est candidat aux élections cantonales sous l'étiquette Mouvement Démocrate et obtient 9,5% des suffrages.
En 2009, il participe à l'élection européenne en soutenant la liste présentée par le parti humaniste dans le Sud-Est, sous la houlette de Jean-Luc Bennahmias. Fin 2009, suite à l'éviction du président de la section roannaise du Mouvement Démocrate, il devient administrateur puis président de cette section.


Il l'a reconstruit alors autour d'une petite équipe très enrichissante. Le Mouvement Démocrate roannais commence alors à exister médiatiquement par différents communiqués prenant position sur des thématiques locales. Un journal de section est aussi créé et des réunions publiques organisées.


En 2010, il est candidat aux élections régionales sur la liste du Mouvement Démocrate menée par Azouz Begag.
Au cours de cette même année, Silvère Say est candidat sur la liste menée par François-Xavier Pénicaud, au Bureau National des Jeunes Démocrates.

Enfin, en 2011, Silvère Say démissionne de la présidence de la section roannaise du Mouvement Démocrate suite à des dissensions avec la direction ligérienne de notre mouvement. Le président départemental, stéphanois, souhaite en effet développer une stratégie d'alliance avec une partie de la droite locale, alors que le Mouvement Démocrate roannais préfère suivre une ligne d'indépendance à l'égard des deux bords, considérant que l'élection présidentielle rebattra les cartes.


Suspendu du Mouvement fin juin 2011 pour une durée de 6 mois, il le réintègre fin décembre 2011. Durant cette période, il ne reste pas inactif pour autant et développe une nouvelle association, la Voix des Roannais. Celle-ci a pour vocation de développer et porter un projet de territoire pour le roannais. Cette structure permet de dépasser ainsi les clivages partisans et de proposer à toutes les personnes de bonne volonté de rejoindre cette démarche.
Bien accueillie au sein de la population et des médias locaux, la Voix des Roannais s'impose sur la scène politique locale, face à l'UMP et au PS. Un blog, créé en novembre 2011 recueille les communiqués de l'association. En à peine trois mois, près de 2000 pages ont été vues. Les positions équilibrées défendues suscitent un véritable élan de sympathie, qui contribue à relayer le message de François Bayrou selon lequel le monde n'est pas bipolaire.


Au cours de la campagne présidentielle 2012, Silvère Say est particulièrement actif pour coordonner les actions militantes dans le roannais, avec l'aide de Marilia, mais aussi pour mener campagne sur le web, via les réseaux sociaux (twitter notamment).

Grâce aux militants roannais, ce sont plusieurs dizaines de milliers de documents électoraux qui sont distribués dans tout l'arrondissement.

 

Parallèlement, Silvère Say participe activement aux actions mises en oeuvre par les jeunes démocrates, en coordonnant notamment un livre blanc sur la décentralisation remis au candidat Bayrou pendant la campagne.

 

Après avoir hésité longuement, il choisit finalement de ne pas présenter sa candidature aux élections législatives du mois de juin 2012, faute d'avoir obtenu l'investiture du mouvement pour ce faire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :