Premier bilan des élections régionales en roannais

Publié le par Silvère Say

Je me suis tu depuis notre échec aux régionales afin de pouvoir prendre le temps de digérer et analyser pleinement notre défaite.

Mercredi, la section Roanne-Feurs de notre mouvement se réunira pour en tirer les conséquences et surtout réfléchir à l'avenir.

Après avoir repris les résultats pour chacune des communes de notre secteur, force est de constater qu'à de rares exceptions près, nous avons perdu de nombreux électeurs, dans des proportions plus importantes que la hausse de l'abstention par rapport aux européennes de 2009.

Sans conteste, nous n'avons pas su être en phase, ni avec la population, ni avec notre électorat.

Un sondage dont les résultats ont été évoqués lors du Conseil National du 27 Mars dernier montrait que notre électorat s'était majoritairement abstenu (plus de 50%) et pour le reste s'était réparti de façon équivalente entre les principales composantes de l'échiquier politique : PS, UMP, EE, MoDem.

La leçon à tirer est très claire : nous n'avons pas su être audibles.

De mon point de vue, cela est la conséquence d'une ligne directrice délicate à tenir et moins 'rassurante' que les deux blocs habituels.

Pourtant, l'avenir n'est pas bouché pour nous dans l'immédiat.

La gauche plurielle se reforme sous un nouveau nom. Cependant, il ya encore de nombreuses chances qu'elle n'arrive pas à s'entendre. En attendant, on peut espérer que les pourparlers dureront très longtemps et nous permettront d'avoir une certaine avance dans la course de 2012. Qui plus est, la ligne semble être à la radicalité.

La droite est en train de vaciller. Les députés UMP commencent à avoir peur de perdre leurs circonscriptions et sont moins zélés pour défendre leur chef bien-aimé. De plus, l'électorat le plus à droite est reparti soit à la pèche, soit dans les filets du FN.

Nous avons donc un boulevard devant nous. Toutefois, il faudra être particulièrement vigilant au sujet de différents phénomènes qui pourraient bousculer l'échiquier : Dominique de Villepin sera-t'il indépendant? Sinon, soutiendra-t'il un candidat? De même, que va faire Europe-Ecologie? Présenteront-ils un candidat destiné à nous syphonner de nouveau nos voix?

De notre côté, il semblerait que la direction du mouvement ait décidé de reprendre les choses en main et de faire taire les voix discordantes dont les médias se sont fait des choux gras depuis plusieurs mois. On ne peut que s'en féliciter. Malheureusement, il en reste. Et surtout, le revers de la médaille, est qu'on nous accuse d'autocratie et de despotisme, voir même de sectarisme.

Cependant, cela ne suffira pas à nous faire retrouver la confiance du peuple français. Il nous faut pour cela diffuser nos idées et notre programme dans la société au travers de quelques idées forces simples à retenir :

2 emplois sans charge

refus des déficits

respect de la valeur fraternité

reconnaissance et revalorisation du monde rural

...

De même il est urgent que nous devenions des animateurs de la vie médiatique et politique française. Nous en avons assez été les spectateurs ces derniers mois.

 

Bref, de grands chantiers s'ouvrent devant nous. De la façon que nous aurons de les traiter dépendront nos succès futurs.

 

 

Publié dans L'édito

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article